Programmation 2021 :

23 au 25 juillet

 

Les Artistes

Julie Fuchs, soprano

Considérée comme une “Buhnentier” (bête de scène) (Musik Theater) au « timbre pulpeux et à la colorature virtuose » (Diapason), la soprano Julie Fuchs s’est imposée comme l’une des artistes les plus polyvalentes de notre époque, réjouissant le public à travers les plus grands opéras et salles de concert. Lauréate du deuxième prix au Concours Operalia en 2013 et de trois Victoires de la Musique en 2012, 2014 et 2021, son répertoire s’étend de Rameau à Grisey, avec une affection particulière pour les héroïnes de Mozart et du Bel Canto.

Julie commence sa saison 2020/21 avec ses débuts au Staatsoper de Berlin dans le rôle d’Aspasia (prise de rôle) dans une nouvelle production de Mitridate.* Elle retourne ensuite à l’Opéra de Paris pour ses débuts dans le rôle de Pamina dans Die Zauberflöte. En mars, elle chante pour la première fois au Teatro di San Carlo avec la Fiorilla du Turco in Italia, et l’été prochain, elle retourne au Festival d’Aix-en-provence dans le rôle de Susanna, dans Le nozze di Figaro. Parmi ses concerts, on compte un récital à l’Opéra national de Paris, un gala de la Saint-Sylvestre avec le Deutsches Symphonie-Orchester Berlin et le gala de réouverture de l’Opéra Grand Avignon.

Parmi les temps forts des saisons précédentes, on peut citer Marie dans La fille du régiment au Wiener Staatsoper, Leïla dans Les pêcheurs de perles au Théâtre des Champs-Elysées (gravé au disque par Pentatone), Guinia dans Lucio Silla au Teatro Real Madrid, Nannetta dans Falstaff et la Folie dans Platée de Rameau à l’Opéra de Paris, Musetta dans La bohème au Bayerische Staatsoper, Fiorilla dans Il turco in Italia, Comtesse Folleville dans Il viaggio à Reims, et la rôle titre dans L’incoronazione di Poppea à l’Opernhaus Zürich.

Julie se produit régulièrement dans le répertoire de musique de chambre  ainsi que lors de divers concerts tels que: la Grande Messe en ut mineur de Mozart et La morte D’Abel au Festival de Salzbourg, concert américain aux Chorégies d’Orange, le Stabat Mater de Poulenc au BBC Proms 2016 avec le BBC Symphony Orchestra et à la Philharmonie de Berlin pour un concert avec le Deutsches Symphonie-Orchester.

Julie Fuchs est artiste Deutsche Grammophon, avec qui elle publie 2 albums solo: ‘Yes!’ et ‘Mademoiselle’. La discographie de Julie comprend également un enregistrement des mélodies de jeunesse de Mahler et Debussy avec le pianiste Alphonse Cemin et un disque de Mélodies de Poulenc (Atma Classique).

Julie a étudié la musique et le théâtre au Conservatoire d’Avignon puis au Conservatoire National Supérieur de Paris où elle obtient son diplôme à l’Unanimité avec les Félicitations du jury.

Photo © Julie Fuchs / Boris Horat / AFP

Ibrahim Maalouf

Né à Beyrouth en 1980, Ibrahim Maalouf est aujourd’hui l’instrumentiste le plus populaire de la scène musicale française. Son travail de métissage des genres est reconnu partout dans le monde depuis plus de 10 ans.

Remplissant le Volkswagen Arena d’Istanbul, faisant des concerts sold out au Lincoln Jazz Center de New York, et voyageant à travers plus de 40 pays dans le monde ces 10 dernières années, il devient le premier jazzman de l’histoire à remplir la plus grande salle de concert de France. En effet, Ibrahim fait un show historique le 14 décembre 2016 affichant complet plus de 8 mois à l’avance à l’Accor Arena de Paris Bercy.

Quelques mois plus tard, Ibrahim crée la surprise. Qualifié de « virtuose » par le New York Times, il se produit lors d’un concert exceptionnel en collaboration avec The New Levant Initiative, au Kennedy Center de Washington DC, pour la création mondiale de son album « Levantine Symphony No.1 ».

Ibrahim est récompensé par 2 « Victoires du Jazz » ainsi que 2 « Victoires de la Musique » –
« Album Musique du monde » et « Concert ou tournée de l’année » – qui par ailleurs sont les premières récompenses des Victoires de la Musique décernées à un instrumentiste depuis leur création il y a plus de 30 ans. Ibrahim a reçu également un « Echo Jazz » en Allemagne, un « César de la Meilleure Musique de Film » et un « Prix Lumières » pour la meilleure musique de film en 2016. Il reçoit également les prix honorifiques de Chevalier de l’Ordre du Mérite, et Chevalier des Arts et des Lettres du gouvernement français.

Adolescent, Ibrahim arrivait en tête des plus grands concours internationaux au monde et débutait une carrière de soliste classique, mais à partir des années 2000, repéré pour sa capacité à colorer les musiques de ses improvisations, il devient incontournable autant dans la pop, le jazz que dans le domaine des musiques dites « du Monde ». Sting, Salif Keita, Amadou & Mariam, Tryo, Matthieu Chédid, Lhasa de Sela et de nombreux artistes de styles très variés font appel à lui.

Entre 2007 et 2019, Ibrahim produit, compose, arrange et réalise plus de 15 albums pour lui et pour d’autres artistes. Il compose également plus de 10 œuvres symphoniques ainsi qu’une quinzaine de musiques de longs métrages.

Repéré par le producteur mythique Quincy Jones lors d’un concert au Montreux Jazz Festival en 2017, Ibrahim devient l’un des artistes que le producteur américain encourage régulièrement via la Quincy Jones Productions basée à Los Angeles.

En 2019, Ibrahim signe les bandes originales de 3 films dont « Celle Que Vous Croyez » de Safy Nebbou avec Juliette Binoche, véritable succès à l’international, puis il part en tournée d’été à travers la France avec la fanfare balkanique Haïdouti Orkestar.

Ibrahim enchaîne ensuite avec son 11ème album studio « S3NS » en septembre 2019 et se produit à cette occasion à l’Olympia (Paris) les 23, 24 et 25 septembre à guichets fermés et enchaîne une tournée mondiale.

Parallèlement Ibrahim enseigne la trompette et l’improvisation dans les conservatoires depuis 1999. Il a été plusieurs fois invité par ITG (International Trumpet Guild) aux États-Unis pour des concerts et master classes, et développe depuis plusieurs années une pédagogie spécifique à l’enseignement de l’improvisation musicale classique au sein des conservatoires français.

Sa dernière collaboration pédagogique remonte à l’automne 2019 où tous les jeunes élèves de l’association Orchestre à l’École composée de plusieurs milliers d’orchestres à travers la France ont rejoint Ibrahim à tous ses concerts en Zénith afin de monter sur scène pour la première fois de leur vie, puis accompagner Ibrahim et ses musiciens sur sa composition « Happy Face ».

En 2019, Ibrahim compose, interprète et enregistre la totalité de la musique du spectacle « Monsieur X » créé par Mathilda May et interprété par le célèbre acteur et comédien Pierre Richard. Spectacle qui remportera le Molière du meilleur seul en scène de l’année 2020.

De plus, sur son label Mister Ibé, Ibrahim produit le premier album de Thaïs Lona, chanteuse émergente dans les musiques Pop-RnB.

À l’occasion du mois de novembre 2020, durant lequel il fête son 40ème anniversaire, Ibrahim sort un tout nouvel album « 40 MELODIES » et pour la première fois, il est en duo avec François Delporte son fidèle ami et guitariste depuis plus de 10 ans, ainsi que de nombreux invités prestigieux tels que Sting, Matthieu Chedid, Marcus Miller, Alfredo Rodriguez, Richard Bona, Trilok Gurtu, Hüsnü Senlendirici, Jon Batiste, Arturo Sandoval, et bien d’autres.

Photo © Ibrahim Maalouf / Yann Orhan

Laurent Deleuil, baryton

Le baryton franco-canadien Laurent Deleuil a fait ses débuts à l’Opéra National du Rhin, pendant son passage à l’opéra studio, avec le rôle-titre de l’opéra de Britten, Owen Wingrave. Il s’établit à Paris en 2013 pour participer à l’Académie de l’Opéra Comique, pendant laquelle il assure la doublure de Frédéric dans Lakmé, de Léo Delibes et de Ali Baba dans l’opérette éponyme de Charles Lecoq.
Il a récemment interprété les rôles de Sam dans Trouble in Tahiti de Bernstein au théâtre de l’Athénée et le rôle de Tircis dans les Amant Magnifiques avec le Concert Spirituel.

Il a également incarné le rôle du Podestat dans l’opérette le Docteur Miracle (C. Lecoq) avec le Palazetto Bru Zane, d’Idreno en tournée avec l’Arcal et l’Orchestre de la Loge dans l’opéra Armida de Haydn et le rôle de Hamlet (A. Thomas) au festival Musica Nigella. Actif dans le milieu du concert, il s’est récemment produit au concert de Noël de l’Opéra de Bordeaux, dans des concerts de créations au festival d’Aix en Provence et dans la tournée internationale de l’œuvre de Pierre-Yves Macé et Joris Lacoste Suite no3 (spectacle repris cet hiver au Festival d’Automne).

Laurent Deleuil est titulaire d’un master en opéra du Conservatoire d’Amsterdam, qu’il a complété après un premier master en piano à l’Université de Montréal. Il est lauréat de plusieurs concours nationaux et internationaux, dont le Prix d’Europe (Montréal, 2010), le Concours international de Marmande (2014), le Concours international de mélodie française de Toulouse, où il a obtenu (prix Francis Poulenc 2015) et a été nommé cette année Jeune Ambassadeur Lyrique (Québec, Canada). On pourra bientôt l’entendre en concert avec les Musiciens du Louvre, à l’Opéra d’Avignon (le Messie du Peuple Chauve, création d’Éric Breton), à l’opéra National du Rhin (English Clerk, Death in Venice) et à l’opéra de Nice (Johann, Werther). Son disque de mélodies françaises Le Travail du Peintre sort le 9 octobre prochain sous le label Chapeau l’Artiste.

Photo © Laurent Deleuil / Julie Artacho

François Delporte, guitare

François Delporte est né le 2 août 1973. Il commence la guitare électrique puis acoustique en autodidacte à l’âge de 17 ans. Entre 1994 et 1997, il est guitariste et co-compositeur du groupe rock Rhésus dans la région de Mons, avec lequel il enregistre une démo avec la participation du saxophoniste Fabrice Alleman.

À partir de 1998, il donne des cours de guitare rock et hard-rock à Mons. C’est alors qu’il fait la connaissance de Paolo Loveri, chez qui il suivra des cours de jazz à l’Académie de Bruxelles.

Préparé par le même Paolo Loveri, il entre en 2000 au Koninklijk Conservatorium Brussel en guitare jazz chez Fabien Degryse et Peter Hertmans. Durant cette formation, il travaillera entre autres avec Dirk Schreurs, Ron Van Rossum, Diederik Wissels et Kris Defoort. Il obtient en 2005 le diplôme du Koninklijk Conservatorium Brussel et entame parallèlement divers projets musicaux tels que aRTET (modern jazz), Lisa Margo (chanson française), F.O.X. (fusion), Kris Defoort & Strings (free jazz). Il se joint également à Quetzal (jazz Funk), aux KMG’s (funk).

En 2011, il rejoint le quintette du trompettiste franco-libanais Ibrahim Maalouf, avec lequel il a effectué plusieurs tournées internationales.

Il vient de graver l’album « 40 mélodies… », un duo intimiste, avec son ami d’Ibrahim Maalouf avec lequel il collabore depuis plus de 10 ans.

Photo © François Delporte / Steve van Stapen

Florent Pujuila, clarinette

Florent Pujuila, clarinettiste solo de l’Orchestre de Chambre de Paris, nommé en 2017 Génération Spedidam, manie les langages du jazz et du classique avec autant de passion. Il cultive une forme de multi-culturalité sans frontières.

Lauréat de plusieurs concours internationaux dont le prestigieux A.R.D de Munich, Florent Pujuila est un musicien aux multiples facettes. Sa passion pour la musique de chambre l’amène à partager la scène avec des interprètes comme François Salque, Roland Pidoux, Romain Descharmes, Laure Favre-Kahn, Yovan Markovitch, Pierre Fouchenneret, Déborah Nemtanu, Eric Le Sage ainsi qu’avec certains ensembles de renom comme les quatuors Strada ou Voce.

Sollicité pour la composition d’œuvres de musique de chambre et ensembles mixtes, il collabore avec des compositeurs de renom tels que Pierre Boulez, Luciano Berio, Giorgi Kurtag, Nicolas Bacri ou encore Thierry Escaich.

En tant que chef d’orchestre, Florent Pujuila a l’occasion de diriger plusieurs orchestres et notamment l’Orchestre de Chambre de Paris et l’Orchestre traditionnel de musique palestinienne lors de la création de l’une de ses compositions.
Florent Pujuila enseigne la clarinette au Conservatoire à Rayonnement Régional de Rueil-Malmaison.

L’Orchestre Symphonique de l’Opéra de Toulon  

 L’Orchestre est désormais une formation dynamique et remarquée dans le paysage musical français. Son répertoire très éclectique s’étend sur quatre siècles de musique. Des chefs prestigieux ont dirigé cette phalange : Giuliano Carella, Steuart Bedford, Serge Baudo, Laurent Petitgirard, Claude Schnitzler, Antonello Allemandi, Friedrich Pleyer, Wolfgang Doerner, Thomas Rosner, Emmanuel Joël-Hornak, Jean-Christophe Spinosi, Dmitri Liss, Laurence Equilbey, David-Charles Abell, Rani Calderon, Alexander Briger, Rinaldo Alessandrini, Jurjen Hempel…

L’orchestre a accompagné de très grands interprètes comme Shlomo Mintz, Vladimir Spivakov, Brigitte Engerer, Laurent Korcia, Nicholas Angelich, Gary Hoffman, Nemanja Radulovic, Anne Queffélec, Abdel Rahman El Bacha, Alexandra Soumm, Mickaël Rudy, Cédric Tiberghien, Jean-Efflam Bavouzet, Alina Pogostkina, Bertrand Chamayou, Andrei Korobeinikov, Alexandre Tharaud, Valeriy Sokolov, Yossif Ivanov…

L’Orchestre Symphonique de l’Opéra de Toulon participe à de nombreux concerts décentralisés dans le cadre d’une politique de diffusion musicale pour tous, au service d’une dynamique territoriale. À ce titre, il se produit aussi bien dans l’agglomération toulonnaise, et le département du Var, qu’en région et à l’étranger. A Paris, il se produit régulièrement au Théâtre National de l’Opéra Comique.

L’Orchestre Symphonique de l’Opéra de Toulon a développé une politique d’actions pédagogique et sociale avec des partenaires tels que le Conservatoire à Rayonnement Régional, l’Inspection Académique, l’Université du Sud Toulon-Var, le Centre Hospitalier Intercommunal Toulon-La Seyne, le Centre pénitentiaire de Toulon-La Farlède…

L’Orchestre Symphonique de l’Opéra de Toulon est membre de l’Association Française des Orchestres (A.F.O.).

Photo © Florent Pujuila / Thomas Baltes

Samuel JEAN, chef d’orchestre

Chef d’orchestre et pianiste français, Samuel Jean,  Premier Chef Invité de l’Orchestre Régional Avignon Provence de 2013 à 2020, contribue largement au rayonnement de cette structure et à sa labellisation Orchestre National Avignon Provence en 2020, en assurant une mission plurielle (symphonique, lyrique, actions culturelles et discographique).  Il a notamment dirigé de nombreux enregistrements parmi lesquels récemment O mon bel inconnu de Reynaldo Hahn (Palazzetto Bru Zane).

Samuel Jean enregistre aussi pour le label Deutsche Grammophon, l’album « Yes » de la soprano Julie Fuchs, avec l’Orchestre National de Lille. (Diapason d’or de l’année, Choc Classica, nommé dans la catégorie meilleur enregistrement de l’année aux Victoires de la musique classique…).

Après une riche expérience de chef de chant, chef de chœur et assistant dans des maisons telles que l’Opéra National de Paris, le Théâtre du Châtelet, le Festival d’Art Lyrique d’Aix en Provence ou le Grand Théâtre de Genève, Samuel Jean décide de se consacrer à la direction d’orchestre dès 2006. Lauréat du concours de jeunes chefs de l’Orchestre National d’Ile de France en 2006, il est dès lors engagé par l’Orchestre National d’Ile de France mais aussi l’Orchestre Philharmonique de Radio-France, l’Orchestre National de Montpellier, l’Orchestre National de Strasbourg, l’Orchestre National de Lille, l’Orchestre National des Pays de la Loire, l’Orchestre Philharmonique Royal de Liège, l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo, l’Orchestre National Bordeaux Aquitaine, l’Orchestre Symphonique de Mulhouse, l’Orchestre de Picardie, l’Orchestre de l’Opéra de Rouen, l’Orchestre de Chambre de Paris, l’Orchestre de Cannes, l’Orchestra La Verdi di Milano, l’Orchestre Pasdeloup, l’Orchestre Lamoureux…

Dans le domaine lyrique, Samuel Jean est un invité régulier du Théâtre Royal de la Monnaie où il dirige Cendrillon (2011, msc Pelly), Rigoletto (2014, Carsen), Béatrice et Bénédict (2016, Brunel) et plus récemment Aida (2017, Livathinos). Il dirige également au Théâtre du Châtelet On the town (2008, Kelly) Monkey Journey to the West (2007, Shen Chi Zeng), à l’Opéra Comique (2005, La Veuve Joyeuse, 2007, La Périchole, Savary), à l’Opéra de Trieste (2007, La Périchole, Savary), à l’Opéra National de Bordeaux (2013, Orphée aux Enfers, Scozzi), à l’Opéra de Marseille (2013, Orphée aux Enfers, Servais), au Grand-Théâtre de Tours (2018, Elisir d’Amore, Sinivia) mais aussi aux Opéras de Rouen (2010, Ile de Tulipatan, Da Costa), Saint-Etienne (2010, Voix Humaine, Château de Barbe-Bleue, Fréchuret), Toulon, Dijon, Opéra Royal de Versailles (2010, Orphée aux Enfers, Beaunesne)… A l’Opéra Grand-Avignon, Samuel Jean a dirigé Anna Bolena (2017, Bischofberger), Dialogues des Carmélites (2018, Timar), Traviata (2018, Mazzonis di Pralafera), Bohème (2019, Roels/Servais), L’Elisir d’Amore (2019, Gioria), La Périchole (2019, Chevalier), Scaramouche (2019, Guérin).
Il y assure en 2020 la création mondiale du Messie du Peuple Chauve du compositeur Eric Breton (msc Charles Chemin).

Dans le domaine symphonique et concertant, Samuel Jean a dirigé des  artistes tels que Nicholas Angelich, Bruno Leonardo Gelber, Bertrand Chamayou, Alexandre Kantorow, Jean-François Heisser, Vanessa Wagner, Alexander Ghindin, Giovanni Bellucci, Suzanna Bartal, Shani Diluka, Henri Demarquette, Pavel Gomziakov, Vincent Warnier, Juliette Hurel, Romain Leleu, Olivier Charlier, Daishin Kashimoto, Valery Sokolov, Alexandra Soumm pour n’en citer que quelques-uns, notamment à la Philharmonie de Paris, au Théâtre des Champs-Elysées, au Grand Théâtre de Provence, à la Roque d’Anthéron…

Musicien complet et curieux, Samuel Jean aime croiser les musiques et a ainsi collaboré avec  des musiciens d’horizons différents tels que Thomas Enhco (Concerto pour piano, 2016), Juan Carmona (Sinfonia Flamenca, 2018), Damon Albarn (Monkey Journey to the west, Théâtre du Châtelet et Festival international de Manchester, 2007), Rufus Wainwright (Prima Donna, Festival d’Avignon cour d’Honneur 2016), Amjad Ali Khan (Ananta de Pierre Thilloy, tournée en Inde, 2013), Laurent Dehors (Les Sons de la Vie, Opéra de Rouen, 2012), Jean-Luc Fillon (Oboa Nomade, 2011), et aussi des comédiens tels que Guillaume Gallienne (La Chaste Vie de Jean Genet, Festival d’Avignon, cour d’Honneur, 2014), Robin Renucci (Homériade de Martin Romberg, Création mondiale, Festival d’Avignon, 2015) ou Karin Viard (Silence, d’André Serre-Milan, Maison de la Radio, 2010).

Pianiste et pédagogue, Samuel a été professeur des ensembles vocaux B au CNSM de Paris de 2005 à 2013 et professeur-accompagnateur au CRR de Boulogne-Billancourt de 1996 à 2005.
Il conseille régulièrement les élèves de la classe de direction d’orchestre du CNSMDP d’Alain Altinoglu, dans la cadre de master-classes avec l’Orchestre Régional Avignon-Provence.

En tant que pianiste, il a enregistré avec la soprano Sabine Revault d’Allones deux disques consacrés aux mélodies de Massenet (Timpani, 2013) et de Pierné, avec le baryton Thomas Dolié (Timpani, 2014).

Samuel Jean est directeur artistique du Festival Pierres Lyriques en Béarn des Gaves.

Photo © Samuel Jean / Manuel Braun

Jean-Christophe Spinosi, direction

Musicien moderne, profondément humaniste et audacieux, Jean-Christophe Spinosi n’hésite pas à décloisonner les genres pour aller à la rencontre de nouveaux publics.
Baroque, classique, romantique, contemporain, le projet artistique poursuivi par Jean-Christophe Spinosi le pousse à explorer tous les répertoires en s’affranchissant de toutes les frontières.

Chaque saison, Jean-Christophe Spinosi, aux côtés de son Ensemble Matheus, dirige de nouvelles productions : Théâtre du Châtelet, Théâtre des Champs Elysées, Opéra National de Paris, Opéra Royal de Versailles, grandes maisons d’opéra à travers le monde (Opéra de Vienne, Theater an der Wien, festival de Salzbourg, Liceu de Barcelone, Teatro Colón de Buenos Aires, Opéra Royal de Stockholm, et les opéras de Versailles, Hambourg, Zurich, Madrid, Londres, Berlin, Moscou…).

Des concerts donnés dans les plus prestigieuses salles, au Carnegie Hall de New-York ou en plein air à Central Park, à bord du Queen Mary II ou embarqué dans un vol long courrier vers la Corée … Peu importe le lieu, l’imagination de Jean-Christophe Spinosi ne connaît aucune limite.

Il noue des amitiés musicales privilégiées avec de grands artistes tels que Cecilia Bartoli ou Philippe Jaroussky, avec lesquels il réalise une série d’enregistrements, qui susciteront un véritable engouement auprès du public.

Chef d’orchestre français à la carrière internationale, le monde de l’opéra symphonique et lyrique lui ouvre ses portes et reconnaît son audace.

Jean-Christophe Spinosi est ainsi l’invité régulier des plus grandes formations symphoniques internationales : Orchestre symphonique de Vienne, Orchestre de la radio de Vienne, Orchestre Philharmonique de Vienne, Orchestre de la radio de Berlin, Konzerthausorchester Berlin, Deutsche Symphony Orchester Berlin, Orchestre National d’Espagne, Philharmonie de Monte-Carlo, Orchestre de Paris, Hr-Sinfonieorchester Francfort, Birmingham Symphony Orchestra, Royal Stockholm Philharmonic, New Japan Philharmonic de Tokyo, Osaka Philharmonic… Il fera ses débuts cette saison avec le Berliner Philharmoniker.

Lors de la saison à venir, il poursuivra son projet artistique à l’échelle nationale avec son programme « Mozart dans la Cité » qu’il a lancé en Seine-Saint-Denis en décembre 2019.

Photo © Jean-Christophe Spinosi / Jean Baptiste Millot

L’Ensemble Matheus

Monteverdi, Vivaldi, Rossini, Beethoven, Chostakovitch … depuis sa création en 1991, l’Ensemble Matheus s’est illustré dans tous les répertoires et s’est imposé comme l’une des formations les plus reconnues du monde musical grâce à sa démarche artistique audacieuse.

L’Ensemble Matheus ne cesse de partager sa passion avec le plus grand nombre en n’hésitant pas à bousculer les traditions, sous la direction de son chef, Jean-Christophe Spinosi.

Au fil des années, l’Ensemble tisse des liens privilégiés avec les lieux les plus emblématiques du paysage musical français, parmi lesquels le Théâtre du Châtelet, le Théâtre des Champs-Elysées, l’Opéra Royal du Château de Versailles ou Les Grands Concerts de Lyon.

L’Ensemble se produit aux côtés de solistes de renom tels que Cecilia Bartoli ou Philippe Jaroussky dont la collaboration donnera lieu à une série d’enregistrements qui viendront s’ajouter à la discographie de l’Ensemble.
Il est également l’invité régulier des grandes scènes internationales à Vienne, Salzbourg, Moscou, Madrid, Munich, Londres, Barcelone, New York, Buenos Aires … En 2019, l’Ensemble s’est produit en Egypte à l’occasion de concerts commémoratifs au Caire et à Alexandrie du 150ème anniversaire de l’inauguration du canal de Suez.

Fier de ses origines bretonnes, l’Ensemble Matheus reste également très présent dans sa région d’origine où il poursuit pour la dixième année consécutive l’opération « Opéra en Région » à travers toute la Bretagne.

Par ailleurs, fort du succès des éditions précédentes, il poursuit sa résidence au festival de La Collégiale à Six-Fours-les-Plages, devenu un véritable temps fort de la fin de saison de l’Ensemble.

Lors de la saison à venir, l’Ensemble, sous l’impulsion de son chef Jean-Christophe Spinosi, poursuivra son engagement pour la transmission au travers du programme « Mozart dans la Cité » lancé en 2019.

En parallèle, et jusqu’en juillet 2024, année des jeux Olympiques à Paris, l’ensemble Matheus développera le projet « Olimpiade », œuvrant ainsi au rapprochement  des mondes de la musique et du sport, dans le but d’inspirer et de promouvoir la création et la diffusion d’œuvres nouvelles.

 

Mélisme(s), chœur de chambre

Mélisme(s) est un chœur de chambre créé en 2003 dans les Côtes d’Armor et aujourd’hui en résidence à l’Opéra de Rennes. Sous l’impulsion de son directeur artistique Gildas Pungier, le choeur poursuit depuis ses débuts un parcours musical varié et toujours exigeant.

Le travail unique de Gildas Pungier sur le son, la diversité même des formes abordées par l’ensemble (répertoire a cappella, oeuvres pour choeur et ensemble instrumental, oratorio, opéra), donnent au choeur Mélisme(s) une couleur unique et une grande plasticité, lui permettant d’interpréter avec la même exigence une grande variété de répertoire allant des grands compositeurs classiques à la création contemporaine, du romantisme allemand aux compositeurs francais et bretons (de la fin XIXe- début XXe). La double activité de Mélisme(s), choeur de chambre et choeur lyrique, permet un enrichissement mutuel des différents répertoires abordés.

Depuis sa création, le choeur de chambre Mélisme(s) s’est développé tant sur le territoire breton (Opéra de Rennes, Festival de Lanvellec et principales salles de la région), qu’à travers sa diffusion dans des lieux prestigieux (Théâtre des Champs Elysées, La Halle aux Grains de Toulouse, Festivals de la Chaise Dieu, Sablé-sur-Sarthe ou encore Utrecht…). L’ensemble collabore régulièrement avec l’Ensemble Matheus de Jean-Christophe Spinosi, avec l’Orchestre Symphonique de Bretagne ainsi qu’avec l’ensemble A Venti.

Le premier disque du chœur consacré aux Chansons écossaises et chœurs profanes de Paul Ladmirault paru chez Skarbo en en 2008 a reçu 4 Diapasons. Paru en 2009, le deuxième disque de l’ensemble « Kanamb Noël » est consacré à un cycle de Noëls populaires harmonisés et orchestrés par Gildas Pungier. Le troisième disque du chœur, paru en 2013 est consacré à l’œuvre des 7 Paroles du Christ en Croix de César Franck et a obtenu 4 Diapasons ainsi que 4 étoiles **** du Magazine Classica.

Parmi les projets actuels du choeur de chambre Mélisme(s), l’on peut citer la création d’un programme mêlant les compositions de J. Brahms et la musique traditionnelle tzigane, une version de la Petite Messe Solennelle de G. Rossini, mise en scène par Jos Houben et Emily Wilson, une collaboration avec le compositeur Olivier Mellano donnée notamment au Festival Ars Musica de Bruxelles et enfin le Requiem Allemand de J.Brahms donné à l’Opéra de Rennes à l’automne 2020.

Gildas Pungier, Directeur artistique de Mélisme(s)

Après une formation en clarinette, musique de chambre, harmonie, contrepoint, fugue et analyse, Gildas Pungier découvre l’art vocal et y reconnaît son domaine de prédilection. Aujourd’hui, il exerce essentiellement en tant que chef de choeur, principalement auprès du choeur de chambre professionnel Mélisme(s), du choeur de l’Opéra de Rennes, et du choeur d’enfants de la Psallette de Tréguier.

En parallèle, il est régulièrement invité comme chef de choeur ou chef assistant dans de nombreux théâtres, en France (Opéras de Rennes, Opéra du Rhin, Opéra de Nantes-Angers, Grand Théâtre de Reims, Théâtre du Châtelet, Théâtre des Champs-Elysées à Paris) et à l’étranger. C’est dans ce cadre qu’il est amené à collaborer avec de nombreux chefs (dont Jean-Christophe Spinosi, Serge Baudo, Claude Schnitzler, Giuseppe Grazioli, Olari Elts, Anthony Hermus, Grant Llewellyn). Il était notamment chef de choeur pour l’Otello de Rossini avec Cecilia Bartoli et l’Ensemble Matheus, au Théâtre des Champs-Elysées ainsi qu’au festival de Salzbourg au printemps 2014. Gildas Pungier est également régulièrement invité comme chef d’orchestre par l’Orchestre Symphonique de Bretagne et a assuré de 2008 à 2017 la direction artistique du festival d’art vocal Voce Humana de Lannion qu’il a créé.

Passionné d’écriture, il a composé deux opéras pour enfants et réalisé de nombreux arrangements parmi lesquels de nombreuses transcriptions d’opéras pour des formations réduites (Rita de Donizetti, La belle Hélène et la Périchole d’Offenbach, L’Italienne à Alger de Rossini, le médecin malgré lui de Gounod). Il a également réalisé une transcription pour octuor à vents de la Création de Haydn à partir de la version de Druschetzky. Cette version originale a pu être appréciée aux festivals de Lanvellec et de la Chaise Dieu ainsi qu’à l’Opéra de Rennes.

En 2019, Gildas Pungier réalise une transcription pour octuor à Vent de la Messe en Ut de Mozart, présenté à l’Opéra de Rennes au Théatre Graslin de Nantes ainsi qu’aux Festival de Rocamadour et Besançon. Enfin, il produit une version pour choeur, ensemble instrumental et récitant du Carnaval des Animaux de Camille Saint-Saens.

En 2020, le chef de chœur est directeur musical du spectacle « la Petite Messe Solennelle » de G. Rossini, mis en scène par Jos Houben et Emily Wilson, produit par la Co[opéra]tive. Il créée un programme mêlant les compositions de J. Brahms et la musique traditionnelle tzigane, collabore avec le compositeur Olivier Mellano sur sa prochaine création “EON” et dirigera le Requiem Allemand de J. Brahms à l’Opéra de Rennes à l’automne 2020.